AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[...] et depuis notre dernière diffusion, plus de 85% des étiquettes concernées ont indiqué [...] - Alan Wold

avatar
journaliste violacé
Messages : 6
Date d'inscription : 15/05/2016
Pseudo Erinnern : Wa.Marble
Voir le profil de l'utilisateur
De Alan Wold, journaliste violacé Dim 15 Mai - 17:34

Alan Wold


Surnom : //
Age : 37 ans
Origine : Je suis natif de Pacydna, né de parents eux-mêmes Pacydniens de naissance. Je possède majoritairement des origines bretonnes du côté maternel, et américaines de l’autre.
Arrivée à Pacydna : Citoyen de Pacydna depuis trente-sept ans, mon arrivée au sein de cette ville fut marquée du même jour que celui de ma naissance.
Goûts : Ils sont une multitude de choses étant à mon goût, mais je citerais bien trois choses parmi toutes. En premier lieu, rencontrer, discuter, il est à savoir que j’apprécie fortement la compagnie quelle qu’elle soit ; je n’hésite donc pas à me rapprocher de ceux qui m’entourent rapidement ! Cela ne m’empêche cependant pas de savoir respecter l’intimité d’autrui… Bref, ensuite, la nourriture, et tout particulièrement les sucreries telles que les pâtisseries ; je prends toujours mon temps pour manger, car c’est à mon sens un plaisir que l’on ne peut se refuser et qu’il faut faire durer. Puis, quoi de mieux qu’une table, quelques chaises et assiettes pour discuter ?
Objet fétiche : Depuis mes quatorze ans, je ne me sépare jamais de ma paire de lunette, et si il m’arrive à un quelconque instant de les retirer, je ferais tout pour m’assurer qu’elles sont toujours en ma possession. Assez spécifiques, les verres forment deux cercles larges et fins bien que résistants, et elles seraient « fortement teintés en noir », chose qui, paraît-il, est assez adapté à ma condition, bien que caricatural. Si je les chéris de telle sorte, il en est qu’elles sont un cadeau de ma sœur et possèdent une véritable valeur sentimentale pour moi dans le geste qu’elles représentaient à l’époque, et représentent encore.
Groupe : Exorciste. Bien que ne partageant certainement pas la manière d’agir ou la haine profonde de certains d’entre eux… La peur de ce qu'ils pourraient engendrer m'est toute aussi imposante que celle que peuvent créer ce qu'ils combattent. Cependant, pour mes propres raisons, partiellement professionnelles, je me suis joins à leur réseau Erinnern.
Pseudo : Wa.Marble, référence que vous comprendrez plus tard !


Le handicap


Appellation : Cécité totale
Cause : De naissance. Une insuffisance de la croissance de mes nerfs optiques aurait provoqué des lésions irréversibles lors du développement embryonnaire.
Type : Physique, sensoriel.
Brève description : Depuis ma naissance, je suis considérable comme étant aveugle, n’ayant donc jamais pu user du sens de la vue. « Couleurs », « Ombres », « Arc-en-ciel » (chose qui, à l’entendre dire, se fait de plus en plus rares depuis les dernières décennies) sont ainsi parmi les principes que je ne peux comprendre que comme toute personne n’ayant jamais pu en faire l’expérience visuelle : ce sont pour moi des concepts abstraits et dont l’utilité l’est tout autant. Cependant, rien ne m’empêche en l’ayant entendu dire de savoir qu’une cerise est « rouge », ou que ma chevelure est « violette », bien que la signification de la chose me soit dépourvue de sens.


Le caractère / Le physique


Il est une chose que je me demande depuis que j’en ai la capacité, une question qui me trotte dans l’esprit, bien que du haut de mes trente-sept années elle ne soit plus qu’une boule de papier jetée, brouillée mais persistante : Comment est-ce pour vous, de voir ? Eh bien, sachez que malgré cette question, si l’occasion m’était donnée d’animer en moi le sens de la vue, je la refuserais.

C’est ainsi que je vis et que j’aime vivre, et ce pour de nombreuses raisons. Ce ne sont pas celles-ci qui forgent mon caractère, car je suis loin d’être uniquement défini par ma simple condition, mais elles sont un bon exemple de celui-ci. Enfin, dire que ma condition n’a pas forgé mon caractère serait erroné, d’une certaine manière… Nous sommes bien tous partiellement définis par nos différences et suivons nos propres chemins de vie selon nos capacités et perception, après tout. N’est-ce pas ce qui fait la force de Pacydna, d’une certaine manière ? … Bref, ne nous égarons pas si tôt.

Ainsi, pour revenir à ce que nous disions, plusieurs aspects feraient de moi ce que je suis, en de grandes lignes. Tout d’abord, je pense pouvoir me considérer comme sociable, je n’ai que peu de problèmes à engager une discussion avec un inconnu, et ce bien souvent avec le sourire. Pour lier cela à ma condition par un exemple, comme je le faisais plus tôt, vous n’imaginiez pas qu’il était parfois possible que je fasse mine de me « perdre » dans les innombrables étages en argumentant une défaillance de ma Néo-Vision seulement pour lancer une conversation, si ? Et bien à raison de quelques fois selon mon envie, je m’en donne l’occasion. Après tout, pourquoi pas ; n’avez-vous jamais demandé du feu, une direction ou quoi que ce soit d’autre dans un objectif similaire ?

Cela étant dit, l’on m’a aussi souvent apprit que j’avais une attitude assez vivante, bien que calme. Par calme, l’on pourrait entendre non turbulent, et par vivant, ma capacité à discuter, sourire, et rire sans trop de difficultés. A entendre cela, l’on peut croire que je ne suis pas des plus pessimistes, et encore moins enclin à la déprime, une chose que je pense pouvoir valider. Enfin, certainement la chose est-elle plus complexe, mais dans l’idée, l’on se contentera de suivre cela !

Et d’ailleurs, certainement que ceci est en lien avec ce qui fut dit plus tôt, mais je n’apprécie pas le défaitisme. Cela ne signifie en rien que je suis un grand entrepreneur, ni que j’écraserais le premier venu se plaignant sous des injures, bien, bien loin de là, mais c’est juste que je n’aime pas, personnellement, m’écrouler face à un obstacle de suite. Puis, si quelqu’un d’autre que moi s’écroule, j’aurais pour attitude de l’aider à remonter la pente pour lui faire quitter cet état d’esprit.

Pour passer à une idée totalement différente, pourquoi ne pas nous arrêter un instant sur mon style vestimentaire ? Vous savez déjà que je porte certes ces lunettes qui me sont chères, mais aussi un pull épais ou un long manteau tous deux à col roulé/remonté, aussi « noirs » que mes lunettes, bien que n’en possédant apparemment pas les propriétés « translucides »… Il paraîtrait que cela soit adapté à mon style, et… Je suppose que vous avez compris le principe de ce qui est plus ou moins abstrait pour moi, alors, on va se passer de mettre ces guillemets à partir de maintenant, ça vous convient ? Bien… Je disais donc, un pull ou un manteau noir semble associé à mon apparence, et m’est de toute manière agréable à porter ; alors, rien ne m’empêche de mettre ceci avec, le plus souvent, un jean grisé et des chaussures marrons, ou noires, pour ne pas me poser trop de questions sur ce point ! Puis, enfin, mes cheveux violacés. Cela en surprend toujours quelques-uns, soit du fait de la couleur elle-même, soit du fait qu’un aveugle se fasse teinter les cheveux. Ce n’est pas une couleur naturelle, certes, et le choix n’est peut-être pas des plus naturels non plus ; blond, brun, châtains, etc le sont bien apparemment plus… Mais à cela je dis : et alors ? Par l’avis général de mes connaissances, cela fait aussi d’une certaine manière ce que je suis, et me correspond plutôt bien. Et si vous vous demandez encore pourquoi ce choix… Ce n’était rien de plus que la débouchée d’une discussion amusée.

Reprenons donc… J’ai bien encore deux points à préciser, le premier étant l’une de mes habitudes. Souvent, au sein de mes moments d’esseulement, je suis pris par le calme, silencieux et emporté par mes pensées. Je m’accorde souvent le temps à une réflexion ainsi orchestrée, quelle qu’en soit le sujet, bien souvent redondant au sein d’une même période. Que ce soit sous l’écoute de quelque musique, sous le grignotage de quelque amuse-bouche, sous l’écoute vocale des messages d’Errinern récents par l’intermédiaire de ma Néo-vision, ou dans le simple silence brisé par mon seul robot, je me retrouve parfois deux fois par semaine aux prises de cette situation. Peut-être est-ce assez commun, mais sachant que certaines personnes vivant leur vie à plein feu ne prennent pas leur temps de se poser, je me devais de préciser cela !

Enfin, je souhaitais conclure sur un élément ne faisant pas partie intégrante de mon caractère, mais qui l’a tout de même construit au fil du temps. En effet, peut-être cela sera-t-il pour votre étonnement, mais je suis journaliste et lecteur d’information d’un journal en ligne, visible par tous aussi bien sur votre Bradna que votre portable, ou même poste principal, chez vous ! Bien qu’il m’arrive parfois d’être partiellement rédacteur d’un de nos articles écrit par le biais de la reconnaissance vocale, et bien évidemment vérifié, je suis bien plus souvent celui apparaissant à l’écran pour dicter l’information que nous avons récupérée et traitée entre collègues. Je reviendrais certainement sur ce point plus loin, au sein de mon histoire, mais pour considérer mon travail sur le plan de mon caractère, je pourrais dire qu’il en fut non seulement pour moi une certaine prise de confiance, mais aussi une agréable expérience de groupe qui continue encore et m’a poussé dans un tel mode de vie qu’est celui de la communication.

D'ailleurs... Je n’apprécie pas forcement la pub gratuite, mais tant que nous y sommes, et pour conclure cette partie sur une information qui pourra peut-être plus vous intéresser :

Vous pouvez retrouver notre journal bihebdomadaire « Pacydian Sight  » diffusé en Stream les lundis et jeudis soirs dès vingt-heure trente, puis sur notre site si vous avez manqué la diffusion ! Nos articles sont aussi à votre disposition sur ce même site, pouvant tout aussi bien reprendre nos diffusions que traiter d’un tout autre sujet. Pour ceux ne nous connaissant pas encore, notre information traite de l’actualité diverse de Pacydna, usant d’études assidues des réseaux sociaux afin de se concentrer plus particulièrement sur l’avis de ses habitants face à celle-ci.


L'histoire

16 Mars 2632

Ce jour même fut celui de ma naissance. J’ai depuis bien longtemps oublié ce que l’on avait pu me dire sur le temps que le ciel offrait à cet instant, mais au moins suis-je assuré d’une chose : ce ne fut pas un jour marqué par une quelconque mauvaise nouvelle me concernant. La technologie avait atteint depuis déjà bien longtemps un essor certain, et ainsi ma malformation était-elle affirmée depuis un mois avant ce jour, vers la fin de mon organogenèse. Aujourd’hui encore, je ne peux qu’avoir conscience du bouleversement que pu être cette nouvelle, mais je ne peux aussi que remercier la science pour avoir permis sa découverte quelques temps avant mon arrivée en ce monde. Apprendre une telle chose en un instant si crucial aurait été… Déprimant. Que serait une mère, si on lui ôtait de ce jour le bonheur qu’elle méritait ? Je doute fort que la mienne eut envie de le savoir… Et d’elle-même, lors d’une de mes récentes visites, elle m’affirma bien avoir été dans la finalité heureuse d’avoir la chance d’ainsi pouvoir l’appréhender, bien que le mois entre cette nouvelle et ma naissance fût assez tumultueux. Pacydna a beau être adapté à ce que nous sommes, pour une famille, apprendre que son enfant ne sera pas « comme tous » possède toujours le même effet.

3 Mai 2636

D’innombrables évènements, aussi infimes soient-ils, se sont certainement déroulés autour de moi entre ce jour et ma naissance, mais sans grand étonnement, je n’en ai aucune mémoire. Certainement le jeune couple que formaient encore mon père et ma mère avait-il tenté de s’habituer à ma condition, de maîtriser l’environnement et leurs actions en fonction. Cela ne m’aurait pas même étonné que nous ayons reçu un robot adapté… Ce qui fut le cas, en y repensant. « Marbre » était le nom qui lui fut attribué, bien que je ne cessais apparemment de manger son second r en prononçant son nom… Le genre de détails dont certains parents raffolent. Enfin bref ! Cela faisait plusieurs jours que « Maman » et « Papa » attendaient. Puis, le lendemain, ils se rendirent à l’hôpital de l’immeuble d’en face.

4 Mai 2636

Ce fut donc quatre ans après ma propre naissance que vint au monde mon adorable petite sœur, Maï. A l’époque, je n’étais certes pas encore dans la capacité de dire qu’elle était adorable, mais c’est le qualificatif que je lui donnerais sur le moment aujourd’hui-même. Je n’avais pu la rencontrer de suite à l’hôpital, ainsi avais-je dû attendre quelques jours pour comprendre ce que cela signifiait de ne plus être l’unique à la maison ! Cela me semblerait logique que j’aie pu faire preuve d’une certaine jalousie à son arrivée, mais elle ne dura certainement pas bien longtemps… Après tout, les écoles spécialisées de Pacydna m’attendaient ! Enfin… Je suis heureux que mes parents ne s’en soient pas tenus qu’à moi, et ce malgré les évènements me concernant. Comment aurais-je pu être accompagné de ma chère sœur, sinon ?

2636-2642

Que dire sur cette période de ma vie, tout comme sur celle qui va suivre ? Tellement de choses se déroulent, mais si peu restent vraiment encrées… J’étais bien entré depuis six années à l’école spécialisée, et y faisait mon bout de chemin sans trop de problème. Maï avait elle aussi débuté l’école il y a quatre ans de cela, bien qu’elle suivait la voie banale pour sa part. Je ne pouvais pas mentir, elle ne cessait de grandir, et nous étions tous deux proches l’un de l’autre malgré nos quatre ans d’écart. Comment aurais-je pu ne pas l’adorer ? Sa petite voix, ses manières… Ma sœur. Nous étions encore jeune, surtout elle, mais même dans les années qui suivirent, elle ne cessa de me considérer à l’égal de tous, un frère sans distinction aucune. Je sais pertinemment qu’en plus qu’à mes parents, c’est à elle que je dois la majeure partie de la confiance que je porte en moi-même. Être tel que je le suis, à mon jeune âge, ne me posais certes pas un problème de vie personnel, après tout, j’avais toujours vécu ainsi et je ne pouvais l’imaginer autrement ; mais à une période où le doute et le regard des autres peut devenir important, il existe toujours une remise en question. Pour comparer, je ne doute pas que ceux n’ayant que peu de défauts sur un caractère morphologique se demandent tout de même pas moment « pourquoi moi ? » en doutant d’eux-mêmes... Mais cela dit, à Pacydna, environ trois quart de la population elle-même peut se considérer comme possesseur de l’un de ces défauts… Et partiellement du fait de ce grand nombre de conditions spécifiques, je n’étais pas véritablement troublé à cette époque, j'étais un enfant plutôt souriant, désirant aller de l’avant.
Qu’ai-je encore appris dans cette fourchette de ma vie… Mimer des expressions faciales en touchant mon visage et celui de ma mère qui me les apprenait ? Oui, pour moi, à moins de ressentir l’émotion et de réaliser un rictus instinctif, le réaliser par mimétisme est assez compliqué sans avoir une idée de la chose… Il y a une multitude de concepts qu’il a fallu que j’apprenne par mémorisation, parfois certains dont l’intérêt m’est assez limité. Au moins, Pacydna peut se vanter de la capacité d’adaptation renommée de ses écoles ! Bref… J’ai aussi bien sûr dû apprendre à me déplacer avec une canne d’aveugle, ces merveilles rétractables que la Néo-Vision ne remplacera pas de sitôt sans devenir une véritable gêne auditive ! J’avais d’ailleurs eu une Néo-vision assez tôt, mais celle-ci ne me permettait que de m’y retrouver parmi les différents couloirs, étages, ou bâtiments si j’étais séparé de mes parents, chose qui arrivait bien rarement pour le moment… Outre aux alentours de l’école elle-même, certes.

16 Mars 2646

Mon quatorzième anniversaire. Sans grande surprise, je me souviens encore de l’excitation particulière qui me prenait ce jour-là ! Non seulement ma sœur m’avait-elle promis un cadeau excentrique, mais aussi notre mère nous avait-elle dit qu’elle nous emmènerait dans « un endroit spécial ». Sur le moment, j’avais cru que cela n’avait rien à voir avec ma sœur, mais, j’avais bien tort. Sans me prévenir, elles m’avaient mené à un magasin de lunettes, un lieu si banal au quel je ne pensais cependant pas avoir à mettre les pieds, sachant ce que sont ces produits… Sur le coup, lorsque nous étions à l’intérieur, je ne comprenais pas vraiment l’objectif de la chose, ce même lorsque ma mère récupéra une simple commande. Puis alors, une fois sortis de la boutique, ma sœur m’indiqua simplement de ne pas bouger, ce pour délicatement me mettre la paire de lunettes sur le nez sans me le préciser. Je… Ne comprenais pas. Mais je ressentais cette petite pression, sur le nez, cette accroche à mes oreilles, et je commençais alors rapidement à suivre les contours du bout de mes doigts, avec précaution.
Ma sœur parlait, et derrière je savais que ma mère souriais. Moi, je ne pus m’empêcher de commencer à pleurer.
Ce geste, et ses mots, qu’aurais-je pu faire d’autre à cet instant ? Sachez que j’en bien sûr suis encore un peu honteux, me faire enlacer ainsi le visage sanglotant à deux pas d’une boutique avec tout ce monde... Ce fut en tout cas bien la dernière fois que j’eu pleuré ainsi sur ma condition… Et peut-être bien la première fois par des larmes de bonheur.
La suite de la journée s’était déroulée comme prévu, et même, j’en eu ressenti une joie bien plus intense que celle attendu… J’en suis presque nostalgique ! S’il est une journée que je ne peux oublier, il s’agit sans doute aucun de celle-ci…

Pour le 4 mai de cette même année, je devais me surpasser afin de rendre la pareille.

2650

Cette année, j’ai enfin achevé mes études classiques pour me diriger vers ce qui m’attirait depuis déjà quelques temps : une école de journalisme. A une époque où la technologie est devenue aussi imposante, il faut toujours pouvoir transmettre l’information, la vérité, et cela ne pouvait être réalisé que par les humains ; le journaliste se doit de recueillir l’information, de la traiter, puis de la transmettre, et c’était là ce que je souhaitais faire. Faire comprendre ce qui est, les ressorts importants de l’actualité. Il existe certainement une infinité de réponses au pourquoi de mon choix… Mais quoi qu’il en soit, c’était la direction que je choisissais, et je comptais bien en atteindre la destination. Ne l’ai-je pas atteinte, après tout ?

Dans les années qui suivirent, je fis alors tout mon possible, ayant réussi à rejoindre une école de la ville-monde, habitant seul avec pour unique aide Marbre, ou tout du moins, l’une de ses refontes. Je rendais visite aussi souvent que possible à ma famille, ne voulant absolument pas manquer le moindre évènement –bien qu’il me suffisait pour cela d’utiliser mon téléphone-, mais aussi les revoir ; ma sœur que je chérissais et avec laquelle j’avais réalisé nombre de bêtises dont nous sommes tous deux d’une certaine manière assez fiers, ma mère qui, à l'entente de sa voix, me semblait toujours souriante, bien que plus tracassée en cette période, puis enfin mon père, que ne pouvais que rarement retrouver à la maison, mais avec lequel mes quelques discussions ne pouvaient qu’être vivantes.

2655

Officiellement, je pouvais dire les études de ma vie comme conclues. Le monde du travail s’offrait rapidement à moi, et j’avais déjà pu réaliser quelques stages, ayant par cela et mes longues études pu me rendre compte de la multiplicité des avantages de la Néo-Vision au sein d’un tel travail, et ce qui pouvait en être fait par des relais aux réseaux sociaux, ou même comme système d’enregistrement auxiliaire par combinaison avec un micro en extension, tout cela permettant un passage et stockage incroyablement utile des données de mon ordinateur à celles de ma Néo-Vision. Si je ne peux lire un texte en ligne, le système pourra le traiter vocalement pour me le retransmettre à travers la Néo-Vision à la manière d’un simple message. Une infinité de manipulations telle que je peux me dévoiler d’une utilité égale à tout journaliste de mon domaine, c'était ce dont je devais m'emparer dans les années à venir ! Mais pour l'instant, je m’étais rapidement spécialisé dans l’information traitée numériquement, et réussi alors à trouver quelques travaux ici et là avant de me lancer dans une carrière plus poussée.

Maï, de son côté, venait de commencer des études  de lettres, ayant à son tour quitté l’habituel berceau familial, déjà sur le départ. Elle désirait depuis longtemps se lancer dans l’écriture, que ce soit aussi bien sur support électronique que sur du papier synthétisé qu’elle arrivait à se procurer elle-même. Bien évidemment, des études de lettres n’étaient pas une formation des plus appropriées à ce qu’elle souhaitait entreprendre, il n'en existait de toute manière pas vraiment... Mais, au moins, si sa tentative ne se concluait pas, elle pourrait toujours se rabattre sur un autre axe assez proche… C’est ce que nous lui avions conseillé, de cœur avec notre mère qui s’inquiétait peut être plus que moi à ce sujet. Personnellement, je croyais en elle. Et encore aujourd’hui, je crois en elle.

2663

Jusqu’à cette années, les évènements de ma propre vie professionnelle n’ont cessés de se bouleverser ici et là, se concluant en Avril 2663 vers une situation assez particulière. J’avais postulé au « Pacidian Sight » en 2661, et contre toute attente, y avait reçu au bout de deux ans un poste assez particulier pour moi-même, qu’il m’était assez rarement donné d’entreprendre. Ce fut le choix de l’équipe lorsque notre lecteur d’informations principal avait dû rendre l’antenne : je devais le remplacer. Certes, nous avions toujours plusieurs lecteurs d’informations, mais le « Pacydian Sight » pouvait toujours se vanter d’en avoir un en particulier qui formait plus ou moins sa tête d’affiche ; visiblement, en vue de mon style et mon élocution, cela m’était approprié, et après plusieurs passages, ce fut retenu. Nous n’étions qu’un petit journal en ligne à la réputation respectable, à l’équipe soudée, mais pour moi, c’était une grande avancée.

4 Mai 2664

Comme tout quatre mai se respectant, je me rendais chez ma sœur, parfois accompagné de ma mère, parfois seul. J’avais bien l’habitude d’aller à sa rencontre assez souvent, et ai encore cette même habitude, mais c’était bien évidemment là son jour, et je ne voulais en aucun cas ne pas être présent ce jour. Cependant, depuis trois ans, les choses avaient bien changées pour elle… Je n’avais cru pas comprendre, trois ans plus tôt, lorsqu’un appel de mon père m'indiqua de me rendre à l'hôpital...

2661

Ma petite sœur, Maï, âgée de vingt-cinq pauvres années, allongée dans un lit d’hôpital, encore inconsciente. Selon les dires, il s’agissait d’une lésion de la moelle épinière à la cause encore floue, supposément provoquée par un coup « brutal et malchanceux » qu’elle aurait reçu accidentellement au sein même de son domicile avant d’être retrouvée ainsi par son robot qui jugea rapidement d’une anomalie. Tout ce que je pu retenir, au sein des dires du médecin qui nous délivrait la nouvelle, était le fait qu’elle ne récupérera jamais l’usage de ses jambes.
J’aurais voulu trouver les mots pour consoler notre mère, mais la force de notre père allait suffire à la calmer, je le savais. Malgré ses nombreux déplacements liés à son travail, sa présence en de tels moments était pour elle salvatrice. Elle l’était pour nous tous.

4 Mai 2664

Ainsi, Maï était depuis ces trois dernières années en fauteuil roulant, ayant dû acheter un appartement plus adapté à ses déplacements, et aussi plus proche du mien. Malgré sa condition, elle n’en rayonnait pas moins, et conservait toujours les mêmes convictions, la même attitude, à croire que si je ne pouvais entendre les roues de son fauteuil, je pourrais encore l’imaginer debout, ne cessant de voguer ici, et là. Son énergie ne s’était certainement pas amenuisée ! Ce « bête » accident, j’avais de plus en plus de mal à y croire, et ce même si ma sœur savait se dévoiler bien maladroite pas moments… Mais pour l’instant, peu importait. Nous pouvions toujours discuter, et nos sujets n’en étaient toujours que plus divers et vivants, poussés. Elle lisait nos articules, assistait aux diffusions du « Pacydian Sight », et souvent, elle me lisait ses écrits ou quelques nouveautés diverses dont nous discutions en riant non sans un certain sérieux à l'extérieur d'un café, chose mille fois plus agréable que d’entendre cette bête voix robotique fonctionnant par reconnaissance vocale.
J’avais eu peur, trois ans plus tôt, d’avoir perdu ma sœur. Mais il n’en était rien.

2669

A partir de cette année, les évènements se sont enchaînés. La fameuse Anne Cafoudri commençait à faire parler d’elle et le « Pacydian Sight » ne put qu’en faire mention, ainsi ai-je dû m’intéresser à son cas assez flou. Son blog supprimé, il ne restait d’elle que des rumeurs, et nous ne pouvions nous contenter que de la réaction générale face à ses publications disparues. Étaient mis en avant des faits paranormaux à l’aspect assez concrets, provoquant une agitation évidente sur Erinnern. Mais ce ne fut que l’année suivante que tout prit sa véritable ampleur.

2670

Mes collègues ne cessaient d’en parler : des images dévoilant finalement l’existence de ces pouvoirs surnaturels, à nouveau publiées par Cafoudri elle-même. Une agitation sans précédent. Face au phénomène, et même sans pouvoir attester de ces preuves, je ne pouvais que ressentir l’ampleur de l’évènement, et la véracité, ou tout du moins l’illusion de véracité provoquée. Deux d’entre nous ont pu assister à la conférence directement, que je n’étais tenu que d'en entendre la rediffusion pour ma part. Un capharnaüm sans nom. Capharnaüm qui ne fit pas moins de bruit que le communiqué le succédant, cependant.
L’existence des événements paranormaux dévoilés par Cafoudri l’était à présent  par les autorités, Hugo Denman, notre ancien maire, venait d’être accusé coupable de ceux-ci avant de s’échapper quelques jours plus tard et de disparaitre devant tous; son adjoint, Ulrich Holt, était désigné pour la présidence suivante malgré les avis défavorables que nous étions nous-mêmes obligés de remarquer dans nos publications. Une série de jours et de quelques semaines à peine qui fut un véritable enfer pour nous, surplombés par tant d’évènements et de réactions disparates.

Moi-même, j’ai été pris dans le mouvement.

Le réseau des Exorcistes avait rapidement attiré l’attention de notre petit journal, et la mienne par la même occasion. Je n’ai pas tardé à rejoindre leur réseau sur Erinnern pour deux raisons : y mener ma propre étude du mouvement pour raisons professionnelles, et jeter un œil personnellement à leurs actions, les surveiller. En effet, bien que la présence d’êtres aux pouvoirs surnaturels ne me soit pas des plus rassurantes et que cela ne me semble ne rien « normal », j’ai bien vite compris que s’il fallait que je craigne une chose, il s’agissait bel et bien de ce réseau précis, ce surtout depuis le trois février 2670. Cette vidéo... Il ne s’agissait que d’un acte de violence gratuite, mais ce qui me fut le plus frustrant fut la victime elle-même : un tétraplégique. « Il est inadmissible qu'à Pacydna, des handicapés puissent être agressés aussi impunément » furent les mots de la mairie en réponse à cela, mais contre un mouvement porté par la peur, que peut faire Pacydna ? J’ai beau ne pas promouvoir ces étranges pouvoirs, l’usage d’une telle violence qui risque de refaire surface m’est d'autant plus intolérable. Le « Pacydian Sight » regroupant en assez grande majorité des membres handicapés, nous sommes tous plus ou moins du même avis, ce sans nier que la peur peut toujours être présente quant à ces fameux pouvoirs.

… Pacydna s’est chamboulée de toutes parts, en moins de deux ans.

Dès la fin de la conférence, j’avais commencé à rendre visite à ma sœur un soir sur deux, et avec ces nouveaux actes, je ne peux plus qu’être anxieux, ce malgré mon sourire. Comment ne pourrais-je craindre pour elle après cette vidéo ? Puis… J’en viens parfois à douter de ce que je dois vraiment redouter. Cependant, j’ai confiance en ma sœur, ce tout autant qu’elle a confiance en moi. Même si une période portée par une quelconque peur et une potentielle violence se dévoile, nous saurons y faire face sans perdre une once de nos habitudes respectives et communes.

Malgré tout et comme tous, je continue de réaliser mon travail comme il se doit, récupérant et présentant l’information à ceux qui préfèrent un journal en ligne moins conséquent. Certainement, nous faisons déjà et ferons de nombreux rapports aux activités Exorcistes qui ne sont ni plus ni moins que des Pacydniens, suivant certes pour ma part une partie de leur peur face à ces pouvoirs, mais en rien la méthode de certains d’entre eux, inacceptable.


Même si la violence éclate, même si les couloirs peuvent devenir symbole d’agression, rien ne nous empêche et ne nous empêchera de vivre comme nous le faisions… Après tout, comme j’ai pu le dire à Maï récemment : le sucre conservera toujours le même goût !



Et IRL ?


Et bien... Moi, je suis Tee ! Ou tout du moins, c'est ainsi que je me fais nommer sur les forums, si ce n'est sous le nom de Shyrai... Je connais déjà plusieurs personnes ici présentes, et c'est bien sûr grâce à elles que j'ai pu arriver jusqu'ici ! Au plaisir de faire la rencontre de ceux que je ne connais pas encore~
Et, un handicap...? Je pourrais bien dire avoir une myopie très poussée sur l’œil droit uniquement, ce suite à un accident tout bête... Rien de bien grave, donc !
Mais sinon, que dire du pourquoi de ma venue ? Eh bien, le thème, du point de vue de l'histoire, est très intéressant, aussi bien en lui-même qu'à explorer ! Ça donne... Un autre point de vue, si on me permet l'expression. Puis, même si le forum ne regorge pas vraiment d'activité, vu les personnes qui m'ont très récemment amené ici, je ne doute pas qu'il peut se redresser bien vite !


Code:
<div class="entree maudit">
<div class="regava">
<img src="http://i.imgur.com/HWrIJet.png" alt="avatar"/>
</div>
<div class="reginfo">
<h3>Alan Wold</h3><span>✚</span>
<div>37 ans - Aveugle de naissance - lunettes aux verres noirs de grand diamètre - Ouvert à la discussion - Journaliste et lecteur d'information principal du journal en ligne "Pacydnian Sight"</div>
<p> <a href="#">Exorciste</a> |
<a href="[Lien de votre fiche]">Fiche</a> |
<a href="[Lien de votre base de données]">Données</a>
<i>Maudit(e): [Handicap - Pouvoir]</i>
</p>
</div>
<div class="regfeat">
<i>Happy Tree Friends</i> The Mole
</div>
</div>
avatar
Messages : 112
Date d'inscription : 25/08/2013
Citation : Vous ne pourrez jamais vous défaire de moi.
Voir le profil de l'utilisateur
De Marionnettiste, Maître du jeu Dim 15 Mai - 22:25
Gnihahahah nous avons réussis !
Enfin plutôt, on a à peine montré le lien que tu t'es foutu dedans tout seul.

Bref, bienvenue officiellement sur Pacydna !
Comme tu l'as dis, le forum est très très (très) lent, mais nous avons bien l'intention de le redresser avec Aleks. Nous avons imaginé trop de choses pour la suite des événements et il me tient bien trop à cœur pour le laisser choir. Ta venue nous fait plaisir et nous donne définitivement envie de rebooster tout ça. Même si les emplois temps ne sont pas encore propices à ça.

Alors, que dire d'Alan… Je l'aime beaucoup. Non, je l'adore même ! C'est un personnage qui a l'air assez « simple », un personnage social et dont la lecture du caractère m'a fait beaucoup rire. Surtout le coup de pub sur la fin. C'était drôle. Moi qui avait hâte de découvrir qui serait notre premier exorciste officiel, j'ai été surprise de son caractère et avait bien envie de lire la suite pour comprendre pourquoi il en faisait partis. Je n'ai pas été déçue. Toujours fidèle à lui-même, partageant les peurs mais pas les méthodes, il ne s'est pas oublié et cela fait plaisir à lire !
Pendant tout le long de la fiche, je me demandais quand est-ce qu'une allusion à la nourriture et au sucré allait poindre son nez. Tout à la fin. Je te retrouve aussi, me voilà tout autant rassurée /meurt.

Maintenant, je suis curieux de voir quel sort j'ai réservé à cette petite Maï. Ou est-ce seulement un accident, après tout, ça arrive~ ♥

Bref, une histoire très plaisante à lire, le handicap bien décrit, pas besoin de vérifier pour le pouvoir, c'est perfect tout ça.

Tu peux à présent installer tes affaires un peu partout


Te voilà donc validé ! Je vais à présent te présenter très rapidement les différentes choses qui se déroulent sur le forum ♥

► J'imagine qu'au vu du boulot de ton personnage, tu es parfaitement au clair avec le réseau social maison qu'est erinnern ! N'oublie juste pas d'inscrire ton pseudo d'Erinnern dans ton profil (oui, oui, c'est toi qui gère) (non, nous ne sommes pas flemmardes, c'faux)

► Ici les rangs personnalisables ne concernent que les textuels, mais on a le choix entre deux images : le croissant et la moustache. C'est principalement venu d'un délire mais sache que les croissants sont principalement des fouteurs d'embrouilles et les moustaches sont plus… « Pour » Mario(nnettiste), ou moins contre ou…. Bref, la moustache représente Mario.

► En parlant de moustaches, nous avons quelques récompenses pour les membres faisant telle ou telles actions. Il s'agit des golden moustache ! Ces petites moustaches sont faites par Aleks, qui chaque nuit les arraches du MJ de rage. Ou de dépit, à ne pas réussir à arracher autre chose. Genre un membre ou que sait-on.

► Bref, maintenant que tu es validé, tu peux commencer à RP ! En ce moment se déroule le 329e salon du handicap! Il n'a pas beaucoup de succès, mais nous avons prévu quelques trucs pour agrémenter tout ça ! Si non, si tu cherches un partenaire – comme nous ne sont pas encore correctement présents sur la chatbox – n'hésites pas à poster une demande par ici !

Voilà ! Si tu as la moindre question, n'hésite pas à chopper Roanne ou Aleks, ils sont là pour ça.
Au plaisir en jeu !



PS :
Citation :
Si l’occasion m’était donnée d’animer en moi le sens de la vue, je la refuserais
Aussi étrange que ça puisse paraître, c'est fou comme je comprends ce ressentis x)
avatar
journaliste violacé
Messages : 6
Date d'inscription : 15/05/2016
Pseudo Erinnern : Wa.Marble
Voir le profil de l'utilisateur
De Alan Wold, journaliste violacé Lun 16 Mai - 11:45
Merci beaucoup pour la validation~!

Ça fait tout autant plaisir de voir que le personnage vous plait (et l'écriture en elle-même), j'ai bien hâte de me lancer dans le RP par ici ! (Cependant, lorsque les emplois du temps le permettrons mieux, effectivement...)

Je n'ai pas moins hâte de voir ce qui se prépare pour la suite des évènements, surtout pour le salon du handicap lui-même...

Citation :
Maintenant, je suis curieux de voir quel sort j'ai réservé à cette petite Maï. Ou est-ce seulement un accident, après tout, ça arrive~ ♥

Eheh... Hm... Qui sait~

Et maintenant, il est temps d'aller se balader un peu partout ! -j'ai déjà réclamé un croissant, sans grand étonnement- -la nourriture, partout, partout !-
Peut-être, après la tempête qui se déclare pour les quelques semaines à venir, chercher des partenaires de RP... Ou m'incruster quelque part avant ? Advienne que pourra !

Au plaisir de vous retrouver dans un coin du forum, ou en RP~!
De Contenu sponsorisé,

[...] et depuis notre dernière diffusion, plus de 85% des étiquettes concernées ont indiqué [...] - Alan Wold

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» I remember - Isolde-
» Nous n'avons pas fini notre conversation [PV Léa]
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Diffusion sur M6
» Notre alimentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pacydna 2670 :: Poste d'identification :: Fiches d'identités :: Fiches incomplètes-